Clan Du Feu
Cher(e) Invité,
Tu oses revenir sur notre Forum ?
Pour quelle raison ?
Tout ce que tu gagnes, c'est un rapport.
Alor j'espere que maintenant,
Toi et toi seul,
Tu reconnais qu'il ne falais pas se re-inscrire.
Maintenant je vais te Supprimé.
Et sur ce point ne revien point jamais.

Coordialement, les CF's !


Tu ne peux pas échapper à ton destin ...
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Les flammes ardentes nous sont vitales ...

Partagez | 
 

 Les flash backs à 12 ans...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plume de Tonnerre
Guerrière


Messages : 40
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 17
Localisation : Sur le champ de bataille ou à la base

MessageSujet: Les flash backs à 12 ans...   Jeu 8 Mar - 20:03

Je l'ai écris quand j'ai eu 12 ans, vous pouvez voir des peurs, des peines, etc, etc. Qui se sont produites dans ma vie ^^'. Le début est assez rof' (dur) je trouve o_o... Bon bref... Ça ne veut pas dire que tout c'est déroulé pendant mes douze ans!!! Il y a des choses qui remontent à mes sept, huit ans.

Avoir peur, est-ce une honte...? Est-ce un crime que d'avoir peur à un âge, qu'est le numéro 12? Un si petit chiffre comparé à ceux qui sont beaucoup plus haut, au-dessus de lui... Moi qui est douze ans, je ne suis pas de cet avis et de plus, je ne suis pas de cette nature. J'ai tout le contraire d'une nature timide.
Est-ce une honte...? Est-ce un crime que d'avoir peur à un âge, qu'est le numéro 12? Un si petit chiffre comparé à ceux qui se trouve beaucoup plus haut, au-dessus de lui. Moi qui est douze ans, je ne le prend pas comme cela, pour commencer, je ne suis pas de cette nature. Je suis une personne combative, retenant ma colère, camouflant ma tristesse et n'en fait paraître, à l’extérieur, que de la joie de vivre. On dit que je reflète bien mon nom, Eugénie, puisqu'en latin, celui-ci signifie "de bonne nature". Pourtant, mon âme me dit tout le contraire...
Des personnes qui se disent courageuses sont, parfois, en fait, de vilains imposteurs, peureuses à tout ce qu'elles voient, mais je ne dis pas que c'est tout le monde pareil. Des gens ont très souvent prouvés qu'ils étaient courageux lorsqu'ils surmontaient des épreuves, mais il est impossible pour eux, de ne tout de même pas avoir peur. Il est impossible de ne pas avoir peur, tout le monde à un point faible, n'importe où soit-il. Beaucoup de gens partent et vous lâche carrément parce qu'ils ont trop accumulés de peur, pour je ne sais quelle raison, et ceux-ci repartent à une vitesse folle.
La majorité des personnes sur la planète sont curieuses, si vous êtes une d'elles, irez-vous jusqu'au bout de mes peurs et de mes peines? Aurez-vous les mêmes peurs et peines que les miennes, après avoir lu ces parties de mon début de vie? Nous verrons bien tout cela, à la dernière page...
J'espère que vous avez beaucoup d'imagination, car j'étais petite au moment où est arrivé toutes ces choses.
(Toutes mes aventures seront suivies de conseils importants à retenir si vous voyagez ou habitez au même endroits que moi.)

Peurs/Phobies

Chapitre 1
La Phobie du Noir ou des Voleurs...?
Le numéro huit représente la compassion et l'adoration des nouvelles choses, mais celui-ci peut aussi représenté le développement de l'imagination surnaturel et réelle. C'est aussi à cette âge que je me suis retrouvée à Haiti ou Hawaii, mes souvenirs n'en sont guerre très forts. J'y ai passé une semaine et demie environ et pendant la majorité de ces vacances, je me rendais chaque jour à la piscine, qui se trouvait à a peine quinze pas de la vieille maison. J'ai aussi magasiné avec mes parents, visité un peu les alentours, fouillant partout, tout en découvrant des bestioles gluantes, comme les escargots et d'autres du genre, bref, j'ai bien rigolé et m'étais bien amusée pendant sept jours.
Un soir, juste deux jours avant que mes vacances ne soient terminées, je me pris deux des quatre bracelets que l'on nomme "les bracelets qui brillent dans le noir" avant de me coucher. Un rose, oui je sais la couleur parfois préféré des filles, et un jaune-vert, faisant un ne peut plus dans le style d'un bourgeons de rose avec sa longue tige verte.
Il était bien amusant d'avoir apporter mon mp3, celui-ci me permettait de faire une petite fête dans la chambre du rédechaussé, ou je mis étais installée pour dormir, qui se fermait avec deux portes coulissantes. Une veille qui à durée longtemps, pendant de longues heures, j'ai réfléchi, danser dans mon lit et écouté de la musique. Malheureusement, au moment même où j'ai retiré mes écouteurs, je tiens à souligné que les portes étaient ouvertes et que tout le monde dormait, j'ai entendu dans mon dos, les portes se fermer. Puis, des tiroirs s'ouvrir et se refermer un après l’autre... et les portes se rouvrir.
Après ce moment de silence, sans bouger, avec pour seul compagnon, un faon en peluche que je sairais de tout mon possible, j'ai attendu et attendu. Finalement, je me suis endormis raide, tendu, sans que rien ne puisse me faire bouger, comme une aubergine.
Au lendemain matin, je me suis réveillée avec des maux de dos, tout en repensant à ce qui c'était passé hier. D'une secousse, je me suis assise en indien et j'ai regardé autour de moi, les portes ouvertes qui s'étaient distancé de quinze centimètre, depuis le soir passé. J'avais toujours ma peluche pressé contre mon cou qui longeait le dessous de mon bras, pour que les pattes arrivent enfin à ma anche. Je regardais particulièrement le sofa, d'un blanc étrangement animal, qui me fit pensé à un loup blanc.
Terrorisé, je pensais que le voleur avait laissé son loup blanc, pour qu'au lendemain, il nous mange tout cru pour le petit déjeuné. Au même moment, quelqu'un marchait en haut, vers la toilette. Je me suis précipitée hors du lit et couru dans l'escalier pour ne pas me faire attrapé par le loup et j'ai finalement arrêté ma mère qui allait aux toilettes. Je lui raconta ce que j'avais entendu hier soir et elle descendit vérifié que ce que je lui racontait n'étais pas des bobards.
Après dix minutes de fouillage, ma mère n'eut rien trouvé et me demanda à quelle heure je m'étais endormis. Je ne répondis rien à cette question et elle m'expliqua que mon beau-père était descendu se prendre une bierre et il avait fermé les portes de ma chambre entre temps pour ne pas me réveillé.
C'est là-dessus que ce termine mon aventure à Haiti, ou Hawaii...
La seule chose que je ne sais pas, c'est que cette aventure ma donné quelle phobie?
Celle du noir ou des voleurs?
La réponse se trouve à la dernière page, mais terminez le livre complet avant!
(Conseil: Si il y a une chambre au rédechausser, ni dormez surtout pas!)

Chapitre 2
La Phobie des coups de feu...
À partir du moment ou la planète, ou même l'univers, à été créé, le monde savait déjà que vous arriveriez. Tout est prévue, c'est ce que beaucoup de gens croient. Les croyants particulièrement, ceux qui croient en des Dieux, ou en un seul Dieu, croient que Dieu peut tout faire... je ne suis pas contre, je ne suis pas raciste, mais je ne suis pas non plus croyante. D'après moi, ce n'est pas les Dieux qui nous ont créés, mais bien la nature.
La nature agit selon elle même, nous ne sommes pas des marionnettes qui bougeons selon les désirs des Dieux. Sinon, vous ne seriez qu'un jouet à chien, sauf en plus petit et le chien en Dieu. Il n'est pas bien de comparé un Dieu à un chien, j'en suis consciente, mais cet exemple est réaliste. Si vous étiez une marionnette pour un Dieu, ce serait comme une balle de laine à un chat.
En outre, depuis votre création, tout le monde à des peurs plus grandes que d'autres, mais tout le monde à peur des coups de feu. Lorsque l'on pointe un pistolet remplit de balle vers vous, il est certain que vous éprouvez une peur qui parcours tout votre corps. Malheureusement, les "pétards" imitent beaucoup le bruit des coups de feu.
Il n'est pas rare que l'on en entend dehors, beaucoup de mes ami(e)s en ont entendus et ils ont déménager par la suite, ayant trop peur... mais voyez le bon côté des choses, si vous avez peur, c'est que vous avez peur de la mort. Par contre, ce sujet est réservé au prochain chapitre. Vous pourrez ainsi voir la suite du "Chapitre 3" au "Chapitre 4"...
(Conseil: Faites toujours attention à qui vous vous en prenez!)

Chapitre 3
Avoir peur de la mort ou de inconnue?
Votre fin, comme votre naissance, est déjà prévue dans vos gènes, ma mère, étant une liseuse de main, peut dire quand vous mourez. C'est inscrit dans la ligne ronde, la plus prêt du pouce, exacte, il n'est pas simple de savoir combien de temps cette ligne parcoure, mais il est préférable d'attendre vos vingt ans avant de regarder vos lignes de mains.
La mort est souvent nommée autrement, comme l'"inconnue", du moins, c'est comme cela que moi je l'appelle. Moi, j'ai peur de la mort, mais pas au point de peur de voir l'inconnue. Au contraire, je suis très curieuse et je me demande ce qui m'attend après le périple vécu sur Terre. Vais-je me ramassé dans une autre Galaxie? Nous sommes présentement dans la Galaxie d'Alexandre, d'après mon souvenir... Vais-je me retrouvé dans la Galaxie Aqua? Esqua? Everest? Je ne sais pas, mais on verra quand j'aurai l'âge de partir....
L'inconnue est la peur de beaucoup de beaucoup de gens, il est vrai que je n'arrête pas de répété cela depuis tantôt, mais il est tout aussi vrai que j'écris un livre des peurs et des peines que je connais, non? Peut importe, l'inconnue est classé dans l'inconnue et ce qui est classé dans cette catégorie est en même temps classé dans les peurs. Les gens n'aiment pas ne pas savoir. La seule chose qu'ils aiment et apprécie c'est ce qu'ils connaissent déjà.
Malheureusement pour eux, la vie n'a pas fini de leur jouer des tours, étant donné que nous sommes en train de détruire notre planète. La consommation et destruction de tout le pétrole n'aidant en rien ce qui ce passe ici, bientôt, tout le monde connaîtra ce qui ce cache derrière le rideau que l'on nomme la "mort".
Moi, si j'en ai peur, c'est parce que j'ai peur de laisser les miens, de partir loin de ceux que je connais, de ne plus jamais les revoir, ce qui est le cas. On dit que J.-C. c'est réussite, surement parce qu'il a été le seul qui devait encore accomplir une tâche avant de partir dans un monde meilleur. Qui sait?
(Conseil: N'aillez crainte et voyez le bon côté des choses!)

Peines/Chagrins

Chapitre 1
La Peine de la Séparation...
Tout chiffre étant plus bas que vingt sont toujours considérés comme étant petits. Le numéro deux l'est particulièrement, puisqu'il est prêt du un et du zéro, zéro étant le moment de la naissance et un peu avant, le moment de la création de l'enfant dans l'utérus de la mère. Le chiffre deux est peut-être petit, mais c'est celui qui contient pourtant, le plus de ma peine, j'ai attribué à ce chiffre la séparation de mes parents.
C'était une époque dépourvue de tranquillité, l'an 2000 et 2001, mais une chose restait toujours active. Le travail. Le travail ne se termine qu'à nos 65 ans, si on veut avoir un gros salaire après notre retraite. C'est ce que j'en ai compris. Ce qui est dommage, c'est que certains domaines sont plus payants que d'autres, donc, ceux qui ce ramasse à travailler pour la ville, on un très faible salaire.
Le seul côté positif à tout cela, est qu'ils sont reconnus parce que ceux-ci on travaillé pour le gouvernement. C'est comme cela que je considère le travail de mon père. Il ne le quitte jamais, désormais que j'ai entre dix et quinze ans, il dit que lorsque j'étais plus jeune, il était plus important d'être présent. Eh bien, ce que mon père n'a pas compris, c'est qu'il est important d'être toujours présent!
C'est une grande peine que je révèle en écrivant et c'est aussi ce qui a causé le divorce de mes parents, à mes deux ans. De quatre à huit ans, j'ai toujours cru qu'ils s'étaient séparés par ma faute. Les enfants ont souvent de l’imagination pure, venant de la vrai, mais parfois tout aussi douloureuse. Il faut leur faire attention et bien leur expliquer ce qui ce passe.
Cacher des détails est parfois bien pour la personne, mais tout aussi terrible lorsqu'elle l'apprend de quelqu'un d'autre. Tout cela pour dire que mon père travail en permanence. Ma mère a passé le jour de Noël et le jour de l'An toute seule, alors qu'elle était enceinte de moi, à regarder la télévision dans le salon.
Après ma naissance, mon père est resté un peu avec ma mère et moi, mais rien de plus, il est repartit peu après. Convaincu aujourd'hui qu'il n'a rien fait de mal, je pense que mon père refuse ce qu'il a fait. Sinon, il ne sent est encore jamais rendu compte. Celui-ci n'accepte plus de parler de ma mère dans la maison, même des choses qu'elle fait, qui me plaise à moi ou autres.
Depuis ce jour, quand je pense à ce divorce et à voir mon père partir chaque soir, lorsqu'il vient me reporter après le souper, j'en pleure devant la vitre de la porte, de ma chambre. J'en ai pleuré pendant six ans et encore aujourd'hui ma souffrance n'a pas terminé de me martyrisée.
C'est une peine qui n'est pas fini et qui ne se finira surement jamais.
(Conseil: Réglez vos fichus conflits avec vos ami(e)s!)

Vous moquez pas de moi, j'étais jeune et y a des trucs là dedans qui me font encore peur ou encore de la peine... 'fin bref...
Toto

_________________________________
Boule de Tonnerre ~ Nuage de Tonnerre ~ Plume de Tonnerre ~ Étoile de Tonnerre ~ Lumière de Tonnerre

Revenir en haut Aller en bas
http://nieniebou.skyrock.com/
 
Les flash backs à 12 ans...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PREMIERE HEURE FLASH !UNE INFORMATION VANT KOK !
» Flash! Flash! Dissolution du Conseil Electoral Provisoire
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Flash! Le Président Michel Joseph Martelly en lutte contre la corruption
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clan Du Feu :: Hors Sujet :: Histoires-
Sauter vers: